do my college essays linneberg phd thesis phd thesis content management system master thesis genetic algorithm someone to do my research paper business continuity plans

Santé Montréal

Information générale


Selon une étude du Wellesley Institute, environ le quart des ménages canadiens peine à se maintenir dans un logement abordable dans le marché privé. Bien que le coût moyen pour se loger à Montréal soit inférieur à celui des grandes villes canadiennes, le revenu médian des ménages y est aussi nettement inférieur. Le coût du logement à Montréal est largement supérieur à la moyenne québécoise. Non seulement, l’offre locative disponible est limitée, mais le coût du logement dans la région de Montréal a grimpé en flèche depuis 2001, dépassant largement l’inflation surtout dans le cas des logements de trois chambres à coucher et plus.

Plusieurs études ont démontré qu’au Canada, les locataires – qui ont un revenu beaucoup moins élevé que les propriétaires – sont plus susceptibles que ces derniers de consacrer plus de 30 % de leur revenu au logement. Selon l’Enquête nationale sur les ménages (ENM 2011), 40 % des ménages locataires montréalais consacraient plus de 30 % de leur revenu à l’habitation, alors que cette proportion était de 23 % pour les ménages propriétaires. De plus, 81 % des ménages sous le seuil de faible revenu consacraient plus de 30 % de leur revenu au logement. L’enquête SALAM, réalisée par la DRSP et le Centre Léa-Roback en 2014, a démontré que plus de 25 % des locataires sur l’île de Montréal disent avoir de la difficulté à boucler les fins de mois et 5 % ont une grande difficulté à le faire. Chez les locataires qui consacrent plus de 30 % de leur revenu au logement, ces proportions atteignent 31 % et 13 % respectivement. Les proportions sont nettement inférieures chez les propriétaires, soit 10 % et 0,9 % respectivement.

L’abordabilité constitue un enjeu qui concerne aussi particulièrement les jeunes âgés de moins de 25 ans et les personnes âgées de 75 ans et plus. À Montréal, selon l’ENM 2011, près des deux tiers (63 %) des ménages dont le principal soutien était âgé de moins de 25 ans consacraient plus de 30 % de leur revenu au logement, alors que cette proportion s’élevait à 38 % chez les personnes âgées de 75 ans et plus.

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 29 octobre 2020