Santé Montréal

Légionellose (maladie du légionnaire)

Information générale

Transmission et incubation


Legionella est un micro-organisme largement répandu en milieux aqueux artificiels qui se multiplie en eau chaude (autour de 32 à 45°C). La transmission survient par l’inhalation d’un aérosol d’eau contaminée par Legionella provenant, par exemple, d’une tour de refroidissement à l’eau, d’un spa, d’une douche ou par aspiration d’eau contaminée. La Legionella n’est pas transmise d’une personne à une autre.

La légionellose est plus fréquente en été et à l’automne. Cette saisonnalité est probablement multifactorielle ; des facteurs météorologiques tels que les précipitations, la température et l’humidité relative seraient associés statistiquement à une augmentation de l’incidence de légionellose sporadique. Également, un plus grand nombre de tours de refroidissement à l’eau (TRE) sont en fonction durant cette période et celles-ci sont la source la plus fréquente d’éclosions de légionellose.

La maladie du légionnaire est une pneumonie qui survient entre 2 à 10 jours après une exposition à une source environnementale contaminée par Legionella. Chez les patients immunodéprimés, l’incubation peut être prolongée jusqu’à 14 ou même 20 jours.


Signes et symptômes

 

La maladie du Légionnaire est la forme de légionellose la plus fréquente et la plus grave car elle cause une infection aiguë des poumons (pneumonie). Comme pour d’autres formes de pneumonie, elle entraîne, le plus souvent :

  • une fièvre élevée
  • des frissons
  • de la toux
  • de la fatigue
  • des myalgies
  • une perte d’appétit


Évaluation clinique et facteurs de risque

 

Envisager le diagnostic de légionellose lors de l’évaluation d’un patient hospitalisé avec pneumonie, en particulier en présence des facteurs suivants :

  • Âge > 50 ans ;
  • Immunodépression/suppression ;
  • Diabète ;
  • Maladie cardiaque, pulmonaire ou rénale chronique ;
  • Tabagisme (présent ou antérieur) ;
  • Consommation d’alcool au-delà des lignes directrices de consommation à moindre risque ;
  • Tableau clinique grave (ex. : admission aux soins intensifs, épanchement pleural) ;
  • Séjour à l’hôtel dans les 2 dernières semaines

La légionellose est relativement rare dans notre population. Toutefois, elle peut causer une maladie grave, surtout chez des personnes plus vulnérables, et être associée à des complications, des séquelles ou mener à un décès.La létalité de la légionellose est d’environ 10 à 15% mais varie selon l’âge, les facteurs de risque liés à l’hôte, la gravité de la maladie et le délai pour amorcer le traitement antibiotique.


Tests diagnostiques

 

En plus de demander la recherche de l’antigène urinaire (pour Legionella pneumophila de sérogroupe 1), prescrire une culture des expectorations ou des sécrétions endotrachéales pour recherche de Legionella sp.

  • Demander explicitement « recherche de Legionella sp. » sur la requête de la culture pour que le laboratoire utilise le milieu de culture approprié.
  • Un prélèvement d’expectorations ou de sécrétions endotrachéales est nécessaire pour relier les cas humains aux sources environnementales potentielles. Cet appariement est le seul moyen pour la santé publique d’identifier une source environnementale afin de s’assurer que celle-ci a été contrôlée.
  • Si la culture est positive pour Legionella sp., demander au laboratoire de microbiologie d’acheminer l’isolat au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) pour appariement. 

Déclaration et signalements

 

Déclarer rapidement tout cas ou éclosion suspectée de légionellose à la DRSP de Montréal en joignant le professionnel de garde en maladies infectieuses par téléphone au 514 528-2400, 24 h/7 jours. Il est aussi possible de déclarer par télécopie confidentielle au 514-528-2461.
 

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 25 juin 2020