Santé Montréal

Nouvelle

- Population, Actualités, Direction de santé publique, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Arsenic - Avis de santé publique sur les émissions atmosphériques à Montréal-Est

Arsenic

La Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) recommande aux gens de ne pas modifier leurs activités quotidiennes

Dans le cadre d’une demande de permis à la Ville de Montréal, l’affinerie de cuivre CCR de Montréal-Est a mandaté la firme Hatch afin de produire une étude de dispersion des contaminants liés à ses activités industrielles. Cette étude évalue également l’impact de la mise en place des mesures d’atténuation, dont l’ajout d’un dépoussiéreur prévu en 2018, sur les émissions de l’affinerie.

La Direction régionale de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal (DRSP-MTL) a été interpellée par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) afin d’évaluer si les émissions atmosphériques produites par l’affinerie CCR posent un risque à la santé de la population résidant à proximité de l’usine.

La Direction régionale de santé publique (DRSP) a émis un avis sur les émissions atmosphériques de l’affinerie de cuivre CCR de Montréal-Est dans lequel elle mentionne des dépassements des normes d’arsenic dans l’air dans les secteurs environnants, avis duquel découlent des recommandations à CCR.

Bien que les dépassements observés représentent un risque très faible pour la population résidant à proximité de l’affinerie, la DRSP recommande que les concentrations soient maintenues sous la norme établie par le MDDELCC.

La population n’a pas à s’inquiéter des concentrations qui, bien qu’au-dessus des normes fixées par le MDDELCC, demeurent tout de même très faibles. Ces niveaux sont trop faibles pour que l’on puisse observer des effets sur la santé des personnes habitant à proximité de l’affinerie.

La DRSP considère toutefois que des actions concrètes doivent être mises en place. La DRSP émet des recommandations afin que la population ne soit pas exposée de façon chronique à des concentrations plus élevées que la norme du MDDELCC et que les concentrations n’augmentent pas au fil du temps.

Source

À consulter

catégories: Population, Actualités, Direction de santé publique, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal