Santé Montréal

Nouvelle

Enquête sur les décès liés à la chaleur extrême en 2018

Du 30 juin au 8 juillet 2018, la chaleur extrême aurait causé 66 décès sur l’île de Montréal, a révélé Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, lors du lancement de la veille saisonnière pour la chaleur. Mme Laurence Lavigne-Lalonde, membre du comité exécutif à la Ville de Montréal, responsable de la transition écologique et résilience, de l'Espace pour la vie et de l'agriculture urbaine, et Mme Caroline Dusablon, coordonnatrice régionale des mesures d’urgence et de la sécurité civile, ont profité de l’occasion pour présenter les grandes orientations du plan d’intervention prévu pour l’été 2019 en cas de chaleur extrême.

Enquête sur les décès liés à la chaleur extrême en 2018

Selon l’enquête de la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP), le lieu de résidence de 66 % des personnes décédées était situé dans un îlot de chaleur. « Avoir un faible revenu et être isolé socialement représentent aussi des facteurs de risque importants lors des vagues de chaleur », a indiqué Dre Drouin, qui a rappelé que 80 % des personnes sont décédées dans la communauté, à leur domicile. Parmi l’ensemble des personnes décédées : 72 % souffraient d’une maladie chronique, 66 % étaient âgées de 65 ans et plus, 25 % étaient atteintes d’un trouble schizophrénique et 18 % avaient une dépendance à l’alcool ou aux drogues.

Recommandations de la DRSP

Les taux de décès liés à la chaleur ont diminué en 2018 comparé à ceux observés lors du dernier épisode de chaleur extrême à Montréal, soit 6,4 vs 9,3 décès quotidiens par million d’habitants en 2010. La DRSP recommande toutefois de cibler plus finement les personnes et les lieux les plus à risque, grâce à une intervention adaptée sur le terrain qui fait appel aux partenaires municipaux, communautaires et du réseau de la santé. Elle propose également de verdir rapidement certains milieux de vie par des aménagements temporaires, par exemple.

Plan d’intervention 2019

La Ville de Montréal, incluant la Sécurité civile, la Direction régionale de santé publique de Montréal et la Coordination régionale des mesures d’urgence et de la sécurité civile du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, en collaboration avec de nombreux partenaires ont mis en place depuis plusieurs années un plan d’intervention en cas de chaleur extrême pour la région de Montréal.

« Avec ce bilan, la Direction régionale de santé publique de Montréal propose une approche d’intervention de proximité multipartenaire et une gestion des îlots de chaleur, entre autres, en augmentant le couvert végétal de l’agglomération. Ce dernier objectif est primordial, c’est pourquoi des efforts importants sont déployés pour faire passer l’indice de canopée de 20 % à 25 % d'ici 2025. Les arbres représentent une infrastructure verte d’une importance capitale pour notre ville. C’est entre autres pourquoi nous investissons plus de 16 millions de dollars cette année dans la forêt urbaine, un investissement majeur. Une chose est certaine, nous comprenons l’urgence de lutter contre les changements climatiques », a expliqué Mme Laurence Lavigne-Lalonde, membre du comité exécutif à la Ville de Montréal, responsable de la transition écologique et résilience, d’Espace pour la vie et de l’agriculture urbaine.

« La Coordination régionale des mesures d'urgence et de la sécurité civile, de son côté, travaille avec tous les établissements de la santé montréalais pour rehausser les mesures afin de protéger les clientèles vulnérables, notamment dans les CHSLD et les résidences privées pour aînés », a précisé Mme Dusablon. La DRSP, quant à elle, diffuse des messages de prévention, surveille l’état de santé de la population et poursuit son travail d’identification des pistes de solution pour réduire l’impact des vagues de chaleur sur les Montréalais.

Épisodes de chaleur extrême

Du 30 juin au 5 juillet 2018, Montréal a traversé un épisode de chaleur extrême durant lequel la température maximale quotidienne a varié de 31,9 °C à 35,5 °C et la température minimale quotidienne de 20 °C à 24,2 °C. Toutefois, même si les températures ont baissé après le 5 juillet, des effets sur la santé de la population ont été observés jusqu’au 8 juillet. L’épisode précédent de chaleur extrême survenu en 2010 a été de plus courte durée et de moindre intensité : la température a atteint 34 °C pendant 1 jour en 2010 contre 3 jours en 2018 et n’est pas descendue la nuit sous 20 °C pendant 5 jours en 2010 comparativement à 7 jours en 2018.

À consulter

Sources

Information

CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
Courriel : relations.medias.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca
Téléphone : 514-376-3748

Gabrielle Fontaine-Giroux
Relations médias - Ville de Montréal
Courriel : gabrielle.fontaine-giroux@ville.montreal.qc.ca
Téléphone : 514 872-0333

catégories: Population, Été, Actualités, Chaleur, Professionnel, Communiqués, Direction de santé publique, Mesures d’urgence, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Dernière mise à jour le : 23 juillet 2019