Santé Montréal

Nouvelle

- Population, Actualités, Professionnel, Direction de santé publique

Portrait montréalais - Demandeurs d’asile, réfugiés et migrants à statut précaire à Montréal : des nouveaux arrivants vulnérables

Portrait montréalais - Demandeurs d’asile, réfugiés et migrants à statut précaire à Montréal : des nouveaux arrivants vulnérables

Au Québec, environ 80 % des demandeurs d’asile et 50 % des réfugiés récemment arrivés habitent à Montréal. La Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) a voulu en savoir plus sur ces nouveaux arrivants qu’elle considère, avec les migrants à statut précaire sans assurance médicale, comme des populations particulièrement vulnérables. Elle publie aujourd’hui un portrait qui rassemble les informations disponibles sur les conditions de vie et l’état de santé de ces populations à Montréal. Ce portrait vise à nourrir la réflexion sur les actions à mettre en place pour mieux adapter les services qui leur sont offerts.

Voici quelques caractéristiques de ces populations  

  • Elles sont plus jeunes : seulement 1 % des demandeurs d’asile et 4 % des réfugiés sont âgés de 65 ans et plus comparativement à 15 % de l’ensemble de la population montréalaise.
  • Les demandeurs d’asile vivent davantage seuls : 49 % vs 39 % pour l’ensemble de la population montréalaise.

     Statistiques sur les demandeurs d'asile

  • Les réfugiés sont en proportion plus nombreux à avoir des enfants : 37 % des ménages de réfugiés sont composés d’un couple avec enfants vs 23 % des ménages montréalais.
  • Leurs revenus sont moindres : 30 % des réfugiés vivent sous le seuil de faible revenu vs 18 % de l’ensemble des Montréalais. Une étude réalisée auprès des migrants à statut précaire montréalais révèle que seulement 30 % d’entre eux considèrent leur revenu suffisant pour répondre à leurs besoins et à ceux de leur famille.
  • Leurs taux d’emploi augmentent au fil des ans, mais ne rejoignent pas ceux de la population montréalaise. Par exemple, chez les réfugiés devenus résidents permanents entre 2011 et 2016, le taux d’emploi est de 50 %. Il augmente à 67 % chez ceux devenus résidents avant 2006, mais demeure plus faible que le taux d’emploi de la population montréalaise qui s’élève à 73 %.

De plus, selon les données disponibles, près de la moitié des réfugiés (49 %) et des migrants à statut précaire (45 %) perçoivent leur état de santé comme passable ou mauvais. Malgré cela, ces populations éprouvent des difficultés d’accès aux services de santé et services sociaux :

  • Les demandeurs d’asile, même s’ils sont couverts par le Programme fédéral de santé intérimaire (PFSI), peuvent avoir du mal à obtenir des rendez-vous médicaux, à suivre leur trajectoire de soins en établissement ou à accéder à des services d’interprétation. 
  • Les réfugiés utilisent moins les services de santé et de services sociaux que le reste de la population même s’ils ont accès à la couverture médicale de la RAMQ. Comparés à l’ensemble de la population québécoise, ils sont, par exemple, proportionnellement moins nombreux à avoir un médecin de famille (56 % vs 77 %). 
  • Les migrants à statut précaire qui n’ont pas de couverture médicale ne peuvent avoir accès dans certains cas pendant plusieurs années à des services publics. Les barrières économiques sont parmi les obstacles les plus importants à l’accès aux soins et aux services de santé pour cette population. 

Réduire les inégalités sociales

Pour réduire les inégalités sociales observées chez ces nouveaux arrivants, la Direction régionale de santé publique de Montréal travaillera avec ses partenaires à :

  • Favoriser l’accès aux soins de santé pour les migrants à statut précaire, notamment pour les enfants qui n’ont pas accès à la RAMQ, les femmes enceintes qui n’ont pas d’assurance médicale et les personnes atteintes de certaines maladies infectieuses (VIH, hépatite B ou C, etc.)
  • Soutenir les actions visant à développer et maintenir un environnement social de soutien aux demandeurs d’asile, aux réfugiés et aux migrants à statut précaire.

Renseignements supplémentaires

Les demandeurs d’asile sont des personnes qui viennent chercher refuge au pays et qui ont déposé une demande pour obtenir le statut de réfugié auprès du gouvernement canadien. 

Les réfugiés sont des personnes pour lesquelles le Canada reconnaît le risque d’être persécutée si elles retournent dans leur pays d’origine pour des raisons de race, de religion, d’opinion politique, d’appartenance à un groupe particulier. La presque totalité des réfugiés deviennent résidents permanents et ensuite citoyens canadiens (89%). 

Les migrants à statut précaire (MSP) dont il est question dans le portrait sont ceux qui n’ont pas d’assurance médicale privée ou publique. Les MSP constituent un groupe hétérogène de personnes sans statut migratoire légal, comme les visiteurs ou travailleurs dont le visa est expiré, et certains résidents temporaires comme les visiteurs en attente d’un parrainage familial ou avec un visa d’étudiant.

 

Pour consulter le résumé et le portrait : 
https://santemontreal.qc.ca/professionnels/drsp/sujets-de-a-a-z/inegalites-sociales-de-sante-iss/documentation/

Source

catégories: Population, Actualités, Professionnel, Direction de santé publique

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Dernière mise à jour le : 22 octobre 2019