Santé Montréal

Chauffage au bois

Cliquer pour fermer l'accordéon

Cliquer pour ouvrir l'accordéon

Description

Sur l’île de Montréal, plus de 85 000 résidences ont un poêle à bois ou un foyer. Certaines personnes aiment bien faire des feux pour l’ambiance qu’ils procurent, d’autres ont un poêle à bois comme appareil de chauffage d’appoint et quelques-uns l'utilisent comme principale source de chauffage.

Cependant, la fumée provenant de la combustion du bois contribue à la pollution de l'air extérieur. Cette pollution peut s'infiltrer dans les résidences du voisinage et affecter la qualité de leur air intérieur. L’air intérieur peut aussi être affecté lorsqu’on ouvre le poêle pour y ajouter du bois ou si le poêle a une fuite.

Polluants contenus dans la fumée dégagée par les feux de bois

Un feu de foyer, en apparence paisible, romantique et inoffensif, dégage une fumée composée de plus d’une centaine de substances toxiques différentes : 

  • particules fines, d'un diamètre inférieur à 2,5 micromètre (PM2.5
  • monoxyde de carbone (CO)
  • composés organiques volatils (COV)
  • hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)
  • oxydes d’azote (NOx)
  • nombreux produits irritants 

Règlementation

Depuis le 1er octobre 2018, la Ville de Montréal a adopté un règlement interdisant, sur son territoire, l’utilisation d'appareils de combustion du bois qui ne sont pas conformes. Ce règlement a été adopté afin de limiter la pollution atmosphérique en provenance des appareils à combustion solide (pour brûler des bûches de bois, des bûches écologiques ou des granules). Les appareils à combustion doivent faire l'objet d'une certification par un organisme reconnu à l'effet qu'ils n'émettent pas plus de 2,5 grammes/heure de particules fines. 

 

Haut de page

Symptômes

Haut de page

Quand consulter

Haut de page

Complications

Haut de page

Protection et prévention

Avertissement de smog

Lors d'un avertissement de smog, il est strictement interdit d'utiliser tout type d'appareils de chauffage au bois sauf en cas de panne électrique de plus de trois heures.

Il vous est possible de connaître la qualité de l'air prévue pour les prochains jours en consultant le programme Info-Smog. Ce programme émet des avertissements de smog pour les régions où les prévisions annoncent une mauvaise qualité de l’air. Consultez notre fiche conseils et prévention sur le smog

Documents à consulter :

Vous possédez un foyer ou un poêle à bois? 776 Ko
Feu de bois, un danger pour la santé 420 Ko

Où trouver de l’information supplémentaire? 

Sites Français

Ville de Montréal - Foire aux questions - Nouveau règlement
Ministère de l'Environnement et Lutte contre les changements climatiques - Le chauffage au bois 
Ville de Montréal - Règlement concernant les appareils et les foyers permettant l’utilisation d’un combustible solide

 

Haut de page

Facteur de risques

Haut de page

Aide et ressources

Haut de page

Traitements

Haut de page

Personnes à risques

La fumée issue de la combustion du bois est nocive pour tout le monde. Cependant, certaines personnes y sont plus sensibles : 

  • Personnes souffrant de maladies chroniques cardiaques ou respiratoires : 
  • leurs symptômes peuvent être aggravés en respirant les particules fines   
  • Personnes âgées
  • elles souffrent plus souvent de maladies chroniques
  • Enfants
  • leurs systèmes respiratoire et immunitaire sont en plein développement 
  • leur rythme respiratoire plus élevé peut leur faire absorber plus de polluants, quand l’air est pollué   

Effets sur la santé

Les polluants issus de la combustion du bois augmentent le nombre de Montréalais qui souffrent des problèmes de santé suivants :

  • aggravation de l'asthme
  • bronchite infantile
  • cancer pulmonaire

La fumée dégagée par le bois qui brûle contribue à la pollution atmosphérique qui cause plus de 1500 décès prématurés chaque année à Montréal.

Haut de page

Éditée par : Direction régionale de santé publique de Montréal.
Dernière mise à jour le : 2018.09.27