i need help writing a reflective essay starting a college essay project management responsibility assignment matrix dissertation writers required essay on my neighbours dog how to write article essay

Santé Montréal

Je réponds aux questions de la Santé Publique

   


Professionnel de la santé publique, Kenji Sante, peut répondre directement à mes questions sur les enquêtes. 
Je le suis sur sa page Facebook!

Pourquoi la Santé publique m’appelle? 

Cet appel peut sauver des vies.

Ensemble on peut freiner la transmission de la COVID-19 et protéger la santé de tous.

Chaque personne testée positive est appelée par la Santé publique. On appelle cela une enquête épidémiologique

C'est un appel 100 % confidentiel.

C'est quoi une enquête épidémiologique?

Pour freiner la transmission, la Santé publique doit faire une enquête épidémiologique.

L'enquête est effectuée à l'aide d'un questionnaire qui sert à identifier comment j'ai pu attraper la COVID-19 et les personnes ou les lieux que j’ai peut-être exposés au virus, sans le savoir.

Les informations recueillies pendant l’enquête sont strictement confidentielles. Elles sont contenues dans une base de données sécurisée. Elles ne se retrouveront jamais dans mon Dossier Santé Québec (DSQ). Par exemple, mon médecin de famille ne saura pas comment j'ai attrapé le virus ou qui sont mes contacts.

Peu de temps pour freiner la transmission

Le virus peut se propager de façon exponentielle. Une seule personne qui a la COVID-19 peut en exposer jusqu’à 80 autres.

Répondre à un appel de la Santé publique et fournir les renseignements demandés permet d’éviter qu’une personne contagieuse en expose d’autres.

Parce que l'on fréquente souvent plusieurs gangs dans nos vies (celle de l’école, du travail, des amis, du sport et plein d’autres), voilà pourquoi c’est important d'agir vite!

Comment ça se passe?

L'appel avec la Santé publique peut prendre environ 45 minutes. 

Je me réserve du temps pour répondre à l'appel qui se déroule comme ceci :

La personne en charge de compléter le questionnaire se présente

  • Elle spécifie que l’appel et les informations transmises seront traitées de manière confidentielle.
  • Elle confirme mon identité en demandant :
    - Mon nom complet
    - Ma date de naissance
    - Mon numéro d’assurance maladie (NAM)
    - Mon numéro de téléphone
    - Mon adresse courriel

    Important : la Santé publique ne demande jamais un numéro d’assurance sociale (NAS).

La personne me pose les questions pour l'enquête

  • Elle me demande comment je vais, si j'ai des symptômes et si mon isolement à la maison se passe bien. Au besoin, elle me donne des ressources qui peuvent m’aider (ex. : 811211).
  • Elle essaie de voir avec moi quand et comment j'aurais été exposé au virus, dans les 2 semaines avant le début de mes symptômes (ex. : contact avec une personne qui a la COVID-19, sortie entre amis, sortie dans un bar, un restaurant, au travail, à l’école, etc.). 
  • Elle essaie de voir si j'ai côtoyé des personnes ou visité des lieux en étant contagieux, à partir de 2 jours avant le début des symptômes ou 2 jours avant mon dépistage si je n'ai pas de symptômes. Je ne pouvais pas savoir que je pouvais transmettre la maladie à ce moment-là et c’est normal. Je n'ai pas à me sentir coupable d'avoir exposé ma famille, mon chum ou ma blonde pendant que j’étais contagieux, c’est correct!

    La personne de Santé publique fait alors l’évaluation du risque d’exposition de mes contacts : faible, modéré ou élevé.

    Exemples de risques :
    Risque faible 
    - J’ai discuté avec un ami croisé dans la rue, à 50 cm, sans masque, pendant 2 à 3 minutes.
    - Je suis allé travailler mais j’ai porté un masque tout au long de mon quart en présence de mes collègues et j'étais à plus de 2 mètres de distance.
    Risque modéré
    - J’ai partagé un repas avec mon amie, nous étions à plus ou moins 2 mètres, sans masques, pendant environ 1 h 30.
    Risque élevé 
    - J’ai mon chum ou ma blonde et je vis avec.
    - J’ai passé une soirée dans un bar, autour de la même table, avec 3 de mes amis, et on s'est pris dans nos bras toute la soirée.

La personne m'aide à m'organiser pour m'isoler

La Santé publique m'accompagne pour aviser mes contacts

  • La Santé publique avise mes contacts à risque élevé par téléphone ou par courriel, qu’ils ont été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19, sans leur dire que c’est moi qui les ai exposés.

    La Santé publique demande alors à ces personnes de se mettre en isolement durant 14 jours et d’aller se faire dépister.
     
  • La Santé publique me demande d’aviser mes contacts à risque modéré. C'est très important que je le fasse rapidement afin de les prévenir qu'ils ont été exposés au virus. Mes contacts à risque modéré doivent se mettre en isolement et aller faire le test de dépistage de la COVID-19.

Foire aux questions

Q : Combien de fois la Santé publique peut-elle m'appeler?

R : Je serai appelé deux fois. Si toutes les informations sont colligées lors de ces appels, la Santé publique ne me rappellera pas!

Q : Est-ce que l'on peut me donner un ticket

R : Non. Je n’aurai jamais de ticket de la part de la Santé publique qui est là pour protéger la santé des Montréalais. On ne me jugera pas, non plus, si j'ai participé à plusieurs activités et que j'ai vu du monde.

Q : Est-ce que mon ami aura un ticket

R : Non. Mon ami n'aura pas de ticket

Q : Puis-je aller m'isoler chez mes amis testés positifs à la COVID-19?

R : Si je vis en famille, je peux alors mettre à risque les membres de ma famille, lesquels sont négatifs, particulièrement s'ils ont des conditions de santé qui pourraient mener à des complications graves. Il est alors possible que la Santé publique me recommande d’aller m'isoler dans le logement d'amis testés positifs à la COVID-19, si c’est chose réaliste.

Q : Est-ce que mes amis, qui ont été exposés, vont être «dans le trouble»?

R : Pas du tout. Ils recevront simplement un appel ou un courriel pour leur transmettre des recommandations en matière d'isolement et de dépistage. Ils pourront poser toutes les questions qu’ils ont.

Q : Pour quelle raison mes amis doivent-ils être en isolement, s'ils ont un résultat négatif et qu'ils n'ont pas de symptômes?

R : Une personne peut commencer à être malade entre 2 et 14 jours après la dernière journée où elle a été exposée. Un résultat négatif n’est qu’une photo du statut d’une personne. Elle pourrait devenir positive demain, dans 2, 10 ou 14. jours. C’est pour cela que la Santé publique demande aux personnes qui ont été en contact avec une personne infectée de s’isoler. 

Q : Pourquoi dois-je donner le numéro de téléphone de mon ami, si je lui ai déjà dit et que ça fait plus d'une semaine que je l'ai vu?

R : On veut simplement s’assurer que mon ami est au courant des mesures qu’il doit prendre et effectuer un suivi des symptômes pour savoir s'il devient positif. Ainsi, il sera possible de mettre en place des mesures visant à protéger sa famille et ses amis aussi.

Q : Dois-je refaire le test de dépistage à la fin de mon isolement, si j’ai la COVID-19?

R : Ce n'est pas nécessaire d'aller refaire le test de dépistage à la COVID-19, à la fin de mon isolement. Je peux y mettre fin, après 10 jours, à condition que cela fasse plus de 24 h que je n’ai plus de symptômes (48 h pour la fièvre).

Q : Est-il possible de réduire la durée de mon isolement, si je suis asymptomatique?

R : La durée minimale d’isolement pour une personne infectée est de 10 jours à partir de son test de dépistage, si elle n’a pas de symptômes. Par contre, imaginons que je développe des symptômes à partir du 4e jour de mon isolement, je devrai recommencer la période de 10 jours (soit 14 jours au total).


Cette information vous a-t-elle été utile?.

Éditée par : Direction régionale de santé publique.
Dernière mise à jour le : 24 octobre 2020