Santé Montréal

Populations racisées

  

Inégaux face à la pandémie: populations racisées et la COVID-19

 

La pandémie de la COVID-19 ne touche pas de façon égale tous les groupes sociaux.

Au Québec, il n’est présentement pas possible d’établir le nombre exact de cas confirmés de COVID-19 selon le groupe ethnoculturel. Ces informations ne sont pas demandées lorsque la santé publique communique avec les personnes testées positives. Cependant, d’autres types de données et de sondages permettent de voir la distribution des cas confirmés de COVID-19 et les effets socioéconomiques de la pandémie dans les territoires où l’on retrouve une plus forte densité de groupes racisés. 

La Direction régionale de santé publique de Montréal s’est penchée sur le sujet.

Pour consulter l'analyse détaillée : Populations racisées et la COVID-19 (PDF).

Quelques définitions

Personne racisée : selon une définition adaptée de la Ligue des droits et libertés, il s’agit d’une personne qui appartient, de manière réelle ou supposée, à un des groupes ayant subi un processus de racisation, par exemple, selon la religion (musulman), la couleur de peau (Noir), la langue (Arabe) ou la région géographie (Asiatique). Le mot « racisé » met l’accent sur le fait que la race n’est ni objective, ni biologique. 

Minorité visible : terme employé par certains organismes statistiques (ex. : Statistique Canada) pour définir les groupes suivants : Sud-Asiatiques, Chinois, Noirs, Philippins, Latino-Américains, Arabes, Asiatiques du Sud-Est, Asiatiques occidentaux, Coréens et Japonais.

Population caucasienne : terme qui désigne les personnes qui se sont autodéclarées comme étant caucasiennes (blanches) à la question sur le groupe de population dans le cadre du sondage MaVilleÉcoute, mené au printemps 2020.
 


Le taux de personnes atteintes de la COVID-19 est plus élevé dans les secteurs où la proportion de minorités visibles est plus grande

En date du 15 juin dernier, le taux de personnes atteintes de la COVID-19 (en excluant les milieux de vie fermés ) était d’environ 1,6 fois plus élevé dans les secteurs de l'île où la proportion de personnes désignées minorités visibles est la plus grande (1 145 cas pour 100 000 habitants), comparativement aux secteurs où elle est la plus faible (713 pour 100 000 habitants).

Cet écart pourrait s’expliquer par le fait que les personnes issues des populations racisées ont


Les travailleurs de la santé davantage exposés

Au Canada, depuis le début de la pandémie, les personnes issues de groupes de minorités visibles et plus particulièrement les femmes racisées ont été nombreuses à offrir des soins aux personnes atteintes de la COVID-19. En effet, selon Statistique Canada, elles sont surreprésentées parmi les aides-infirmiers, les aides-soignants et les préposés aux bénéficiaires. De nombreux travailleurs de ces professions ont contracté le virus, ce qui représente un risque plus élevé pour leur entourage (famille et communauté).


Les personnes racisées plus susceptibles de subir les effets négatifs de la pandémie sur le plan socioéconomique

La pandémie du coronavirus a certainement un impact sur la santé physique de la population. Les effets collatéraux d’ordre social et économique ont une grande importance également, notamment en raison de leurs impacts sur la santé mentale (consultez Les effets de la pandémie sur sa santé émotionnelle). 

28 % des Montréalais non caucasiens rapportent avoir subi des pertes financières majeures (contre 18 % chez les caucasiens).

14 % des Montréalais non caucasiens disent que la pandémie a eu un impact sur le paiement de leur loyer (contre 5 % chez les caucasiens).

49 % des Montréalais non caucasiens avancent que la pandémie a engendré une perte d’emploi au sein de leur foyer (contre 31 % chez les caucasiens).


De l’aide gratuite, en tout temps

La pandémie génère beaucoup de stress, c’est normal. Mais lorsque le stress se transforme en détresse, de l'aide existe :

  • Info-social : 811, accessible en tout temps (24/7)
  • Pour être dirigé, en plusieurs langues, vers les bonnes ressources sociales et communautaires : 211
  • Information sur le coronavirus : 514 644-4545
  • Information sur le coronavirus en plusieurs langues : santemontreal.qc.ca/coronavirus-multilingue
  • Plusieurs groupes d’entraide et de solidarité existent selon les quartiers et sur les médias sociaux

Pour consulter l'analyse détaillée : Populations racisées et la COVID-19 (PDF).



Lire la chronique d’Isabelle Hachey dans La PresseInégaux devant la pandémie
 

 

 

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Éditée par : Direction de santé publique de Montréal.
Dernière mise à jour le : 24 septembre 2020