Santé Montréal

Aujourd’hui débutent les festivités de la Fierté LGBTQ+ qui se dérouleront jusqu’au 18 août prochain à Montréal.  

À cette occasion, la Direction régionale de santé publique (DRSP) du  CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal a hissé le drapeau arc-en-ciel devant ses locaux afin de témoigner de sa solidarité envers les communautés LGBTQ+. Elle en profite également pour faire le point sur certaines réponses apportées par le réseau de la santé et des services sociaux pour mieux combler les besoins de services des minorités sexuelles et de genre.    

Chaque année, les célébrations de la Fierté permettent de valoriser la diversité sexuelle et de genre, et de mesurer les avancées sociales et légales de ces communautés au Québec et au Canada. Le chemin parcouru au cours des dernières décennies est spectaculaire, notamment dans le domaine de la santé des hommes gais. En réaction à l’épidémie de VIH/sida, l’action publique s’est déployée de diverses manières au cours des années 1980 et 1990 : soutien aux organismes communautaires, offre de dépistage et de soins, campagnes de prévention, etc. Les services développés dans le Centre-Sud de Montréal, à l’épicentre de l’épidémie, ont souvent fait figure d’exemple.

Cette implication se poursuit aujourd’hui activement et prend en compte la diversité des réalités LGBTQ+. L’homophobie et la transphobie continuent d’avoir des conséquences majeures sur la santé et le bien-être de bien des membres de ces communautés. Selon la récente étude Engage, près de 47% des hommes gais montréalais ont été victimes d’insultes dans l’espace public en raison de leur orientation sexuelle au cours de l’année écoulée. La crainte d’être jugé ou rejeté conduit encore trop de personnes LGBTQ+ à éviter ou retarder les soins. Et lorsqu’elles y accèdent, elles se heurtent encore souvent à l’incompréhension ou au manque de formation des  travailleurs de la santé.

Plusieurs initiatives du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal visent à faciliter et améliorer l’accès à des services adaptés aux communautés LGBTQ+.

En voici quelques exemples :

  • Le développement depuis 2016 de la clinique SIDEP+, un modèle original de prévention, de dépistage et de prise en charge des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH).
  • La mise en place récente à la clinique Jeunes de la rue du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal d’une offre de service adaptée aux besoins des personnes transgenres itinérantes de 14 à 25 ans.
  • Le soutien de la DRSP à l’action des organismes communautaires intervenant dans le domaine du VIH, souvent auprès de populations très vulnérables (HARSAH, usagers de drogues injectables, travailleurs et travailleuses du sexe, etc.). 
  • La DRSP fournit également du matériel de prévention et de réduction des méfaits à large échelle.
  • L’offre régulière de formations continues par la DRSP aux intervenants de première ligne sur les réalités des personnes LGBTQ+, pour améliorer leur accueil dans les services, réduire les préjugés et la stigmatisation.
  • L’animation de partenariats intersectoriels, que ce soit dans le domaine de la prévention des ITSS auprès des HARSAH, mais aussi plus largement au travers de l’initiative Montréal sans sida, développée conjointement avec la Ville de Montréal et la Table des organismes montréalais de lutte contre le sida.
  • Enfin, en cohérence avec la mission universitaire du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, la DRSP est impliquée dans plusieurs projets de recherche auprès des communautés LGBTQ+, à la fois en termes de surveillance épidémiologique et comportementale (l’étude Engage), mais aussi en termes d’accès aux services de santé (l’étude MOBILISE!). 

« Nous pouvons nous féliciter du développement d’initiatives innovantes, adaptées et durables. Du travail reste cependant à accomplir. Le réseau de la santé et des services sociaux doit créer des environnements plus inclusifs et accueillants, en particulier pour les lesbiennes, les bisexuels et les personnes trans. Accroitre nos efforts pour rejoindre les communautés les plus vulnérables, du fait de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou de leur couleur de peau, contribuera à améliorer les services pour l’ensemble de la population de Montréal » conclut Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal.
 

Bon été, bonne fierté !

 

Sources : Direction régionale de santé publiquede Montréal, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

 

Dans les médias

À consulter aussi

catégories: Population, Santé des hommes, Services de santé, Prévention, Actualités, Professionnel, Direction de santé publique, Actualités, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Dernière mise à jour le : 22 octobre 2019