Santé Montréal

Information générale

L’importance de l’allaitement est indéniable et ses effets protecteurs sont reliés à sa durée et son exclusivité. Un allaitement est qualifié d’exclusif lorsque l’enfant ne reçoit aucun supplément de préparation commerciale pour nourrissons, de solides, d’eau ou d’autres liquides. 

L’OMS, l’UNICEF, la Société canadienne de pédiatrie et toutes les grandes organisations du domaine de la santé considèrent l’allaitement maternel comme le mode d’alimentation normal et inégalé chez le nourrisson et recommandent :

  • La pratique de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois (Smith et Becker, 2016);
  • La poursuite de l’allaitement, combiné à d’autres aliments, jusqu’à l’âge de 2 ans et au-delà.

Bénéfices de l'allaitement

Les bénéfices de l’allaitement sont multiples :
(Pediatrics, 2012; The Lancet - Breastfeeding Series, 2016)

Chez l’enfant


  • L’allaitement exclusif pendant 6 mois est associé à une diminution de plus de 50 % des gastroentérites, de 43 % des otites et de 30 % des infections des voies respiratoires, causes de consultation parmi les plus fréquentes chez les enfants montréalais de moins de 5 ans. 
  • D’autres études associent la pratique de l’allaitement à une diminution de l’obésité chez les jeunes, du diabète de types I et II, de la leucémie, de l’entérocolite nécrosante et du syndrome de mort subite du nourrisson. 
  • Une enquête québécoise, 2007, a démontré qu’un allaitement d’au moins quatre mois réduit le risque d’hospitalisation jusqu’à l’âge de 6 ans chez les enfants de milieu socioéconomique défavorisé.

Chez la mère


  • Un allaitement de 12 mois est associé à une diminution de 28 % ou plus (selon le nombre d’années d’allaitement) du cancer du sein, de 37 % du cancer des ovaires, et du diabète de type II.

Objectifs montréalais

Les objectifs montréalais indiqué dans le Plan d’action régional intégré (PARI) concernant l’allaitement sont, d’ici 2021 : 

  • Augmenter le taux d’allaitement (total : exclusif ou mixte) à la sortie des services de maternité à 95 %.
  • Réduire l’écart entre les taux d’allaitement à la sortie des services de maternité chez les familles défavorisées et favorisées.
  • Augmenter le taux d’allaitement exclusif à 75 % à la sortie des services de maternité et à 10 % au 6e mois de vie de l’enfant.
  • Réduire l’écart entre les taux d’allaitement exclusif chez les familles défavorisées et favorisées.

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.14