Santé Montréal

Information générale

Sur le territoire de l’île de Montréal, plusieurs anciennes carrières de pierres et d’autres matériaux utilisées au siècle dernier pour la construction des édifices ont ensuite été comblées. De même, certaines berges et dépressions de terrains ont été remblayées afin d'agrandir le territoire ou d’uniformiser la topographie de la ville. Or, les matériaux utilisés pour ces remblayages étaient souvent constitués de déchets issus des activités environnantes : déchets domestiques, commerciaux et industriels. Le développement de la ville s'est ensuite fait sur ces terrains à une époque où la réglementation en matière de sols contaminés n'existait pas.

Des maisons et d’autres édifices sont actuellement construits aux limites de certaines de ces carrières et dépôts de surface. Diverses problématiques peuvent être associées à ces terrains : instabilité du terrain, présence de sols contaminés et de biogaz. La localisation et les limites approximatives de 94 anciennes carrières et 12 dépôts de surface situés sur l’île de Montréal sont disponibles sur le site Internet de la Ville de Montréal

La Direction régionale de santé publique considère que :

  • A partir des informations disponibles, les risques reliés au biogaz (méthane et composés organiques volatils) pouvant être émis sont faibles pour les résidents demeurant dans les limites d’anciennes carrières ou très près, étant donné qu’il s’agit de lieux d’enfouissement anciens et que très peu d’événements sont survenus dans de tels sites au cours des 20 dernières années. Toutefois, un comité de suivi, formé de la ville de Montréal et de la DRSP, analyse les résultats d’échantillonnage de biogaz sur ces sites effectué par la ville de Montréal afin d’assurer la sécurité des citoyens.
  • Les risques à la santé, associés à la présence possible de sols contaminés sur des terrains résidentiels situés aux limites d’anciennes carrières, sont également très faibles. En effet, l’aménagement du terrain de ces propriétés (l’ajout d’une pelouse, la présence de trottoirs, d’asphalte, etc.) limite le contact des résidents avec la contamination des sols. 

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.14