Santé Montréal

Coronavirus (COVID-19)

Maladie à coronavirus

  • Consultez les dernières communications concernant le coronavirus à partir de la section Appels à la vigilance et inscrivez-vous à la liste d'envoi pour recevoir nos communications par courriel.
  • Nous rappelons que l’identification des personnes possiblement contagieuses au triage et la mise en place des mesures d’hygiène et d’étiquette respiratoire dans les urgences et les cliniques demeurent essentielles en tout temps pour prévenir la transmission des MRSI.

À propos

Le 31 décembre 2019, un nouveau virus de la famille des Coronaviridae impliqué dans une série de cas de pneumonie atypique a été détecté dans la ville de Wuhan en Chine. Ce virus a été initialement nommé 2019-nCoV. Il porte désormais le nom de SARS-CoV-2. La maladie associée à ce virus est le COVID-19. Depuis son identification, un nombre croissant d’infections respiratoires attribuables au SARS-CoV-2 ont été déclarées à travers le monde et au Canada.

Transmission et incubation

Transmission

Les données scientifiques et épidémiologiques actuelles indiquent que le mode de transmission du SARS-CoV-2 semble se faire de façon prédominante via les gouttelettes lors d’un contact étroit prolongé ou par contact direct avec les gouttelettes des sécrétions respiratoires lors de toux ou d’éternuements de la personne.

De plus en plus de données épidémiologiques maintenant disponibles sur les cas répertoriés à travers le monde démontre que la grande majorité des cas ont été liés à une transmission de personne-à-personne lors d’un contact étroit sans protection avec une personne présentant des symptômes respiratoires (WHO 2020).

La transmission semble se faire via le contact direct avec les muqueuses des voies respiratoires supérieures et des conjonctives. La proportion de transmission par contact indirect via les surfaces n’est pas bien connue.

Toutefois, la transmission par voie aérienne opportuniste (fines gouttelettes de sécrétions respiratoires infectées aérosolisées lors des interventions médicales générant des aérosols) n’est pas encore bien définie et selon les données scientifiques actuelles, les experts ne peuvent se prononcer sur l’exclusion d’une transmission par cette voie. La contribution possible d’une transmission par voie aérienne dans certaines conditions doit donc être prise en compte notamment afin de limiter la transmission en présence de cas admis dans les milieux de soins.

Puisque des particules virales se retrouvent dans les selles, une transmission fécale-orale est aussi possible.

Incubation

Jusqu’à présent, la période d’incubation moyenne a été estimée entre 5 et 6 jours. Cependant, elle pourrait s’étendre jusqu’à 12,5 jours. Par prudence, on suggère aux fins de la recherche de l’exposition et de la surveillance des contacts de considérer une période de 14 jours. 

Note : ces éléments sont donnés à titre indicatif. Ces informations sont basées sur les données disponibles à l'heure actuelle et sont appelées à être précisées selon la diffusion de nouvelles connaissances. 

Surveillance ciblée

Certaines personnes atteintes du COVID-19 ont fréquenté des lieux publics alors qu’elles étaient potentiellement contagieuse. Un avis est lancé auprès des personnes qui auraient fréquenté ces lieux aux dates et aux heures de risque d’exposition au coronavirus (COVID-19). En savoir plus sur la surveillance ciblée.

Signes et symptômes

Selon le rapport sur le COVID-19 de l’OMS réalisé suite à la mission en Chine, les principaux symptômes du COVID-19 sont, par ordre de fréquence : fièvre (88%), toux sèche (68%), expectorations (33%), dyspnée (19%), fatigue (38%), myalgies ou arthralgies (15%), mal de gorge (14%), céphalées (14%), frissons (11%), nausée ou vomissements (5%), congestion nasale (5%), diarrhée (4%), hémoptysie (<1%) et congestion conjonctivale - yeux rouges - (<1%).

Les signes radiologiques sont davantage décelables à la tomographie (75 % des cas) qu’à la radiographie simple (10-15 % des cas).

Définition de cas suspect

La définition nationale de cas provisoire du nouveau coronavirus est disponible sur le site de l’Agence de santé publique du Canada.

IMPORTANT : quoique la définition de cas suspect ne soit pas encore modifiée, nous invitons les cliniciens à procéder à des prélèvements respiratoires pour analyse par TAAN pour SARS-CoV-2 dès qu’il y a une suspicion clinique que la personne pourrait être infectée par le nouveau coronavirus.

Critères cliniques (fréquences*) Critères épidémiologiques

Fièvre (88%) 

ET/OU

Symptôme(s) respiratoire(s) : 

  • Toux sèche (68%)
  • Expectorations (33%)
  • Dyspnée (19%)
 

Dans les 14 jours précédant l’apparition des symptômes : 

  • Avoir voyagé à l’extérieur du Canada

OU 

OU 

  • Contact étroit avec un cas confirmé ou probable de COVID-19

OU 

  • Contact étroit avec une personne ayant une maladie respiratoire aiguë qui a voyagé à l’extérieur du Canada 
 

*Source : Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (PDF) 

Signalement des cas

Il n'est plus nécessaire d'informer la Direction régionale de santé publique (DRSP) avant d'envoyer une demande d'analyse pour le SARS-CoV-2 au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ). La procédure mise à jour est détaillée dans la lettre du LSPQ. Prendre note qu'il faut préciser le pays visité et/ou contact à risque et/ou isolement en cours dans un établissement de soins sur la requête.

Malgré ce changement, nous vous demandons de signaler tout cas ayant un tableau clinique de maladie respiratoire sévère infectieuse (MRSI). 

  • Appelez au 514 528-2400, 24 h/7 jours.

Précautions additionnelles

Les précaution additionnelles recommandées pour l’évaluation médicales par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sont : gouttelettes/contact. 

Les précautions pour la transmission par voie aérienne/contact sont recommandées dans les situations suivantes :  

  • Réalisation d’une intervention médicale générant des aérosols (IMGA)
    Note: l’écouvillonnage nasopharyngé n’est pas une IMGA. 
  • Évaluation médicale d’un patient présentant les critères de sévérité suivants :
    Note : ces situations nécessitent un transfert vers un centre hospitalier.

    Clientèle adulte : saturation < 93 % à l’air ambiant
    ou fréquence respiratoire (FR) >= 30/min

    Clientèle pédiatrique : toux ou difficultés respiratoires avec au moins un des symptômes suivants :
         - Cyanose centrale ou saturation < 90 % à l’air ambiant
         - Détresse respiratoire sévère
        - Signes de pneumonie avec diminution marquée de l’état général (ex. incapacité de boire, léthargie, perte de conscience, convulsions) 
  • Si l’état clinique du patient nécessite une hospitalisation.
  • Signes de pneumonie avec diminution marquée de l’état général (ex. incapacité de boire, léthargie, perte de conscience, convulsions)

Prélèvements

Il n’est plus nécessaire de contacter le LSPQ avant l’envoi d’échantillons diagnostiques.
Un TAAN pour SARS-CoV-2 devra être effectué sur les prélèvements suivants : 

  • Prélèvements des voies respiratoires inférieures si possible : expectorations ou liquide de lavage bronchoalvéolaire ou aspiration endotrachéale
  • Prélèvements des voies respiratoires supérieures : aspiration ou prélèvements direct nasopharyngé ET oropharyngé à l’aide d’un écouvillon velouteux (flocked swab). 
    Utiliser un seul écouvillon pour effectuer à la fois le prélèvement de gorge et nasopharyngé. En l’absence d’écouvillon velouteux, les expectorations et les écouvillons de gorge à l’aide d’une tige de polyester sont acceptables. 

Si possible, une combinaison de prélèvements des voies respiratoires inférieures et supérieures devrait être effectuée pour augmenter la sensibilité. Les prélèvements devront être envoyés et analysés au LSPQ.

Outils d'information

Contenu disponible en langage des signes québécois (LSQ) :

Autres informations à venir

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Éditée par : Direction régionale de santé publique.
Dernière mise à jour le : 01 avril 2020