Santé Montréal

Information générale

Les infections liées aux soins de santé entraînent un coût humain important : hospitalisations prolongées, incapacités temporaires ou permanentes et, parfois, décès. En plus de leurs effets directs sur les personnes atteintes, les infections nosocomiales affectent le fonctionnement du réseau hospitalier, notamment en raison des mesures supplémentaires nécessaires pour les combattre et qui notamment réduisent la disponibilité de lits. 

Le tiers des infections nosocomiales seraient évitables par des programmes de prévention et de contrôle des infections (PCI) bien structurés. Selon l’Organisation mondiale de la santé, « leurs causes sont multiples, liées à la fois aux systèmes, aux procédures de soins et aux pratiques comportementales ». Le succès de la lutte aux infections nosocomiales demande donc un effort concerté des acteurs à tous les paliers : local, régional et national.

L’épidémie de Clostridium difficile (C. difficile) survenue à Montréal en 2003-2004 a mis en évidence la vulnérabilité de notre réseau hospitalier. Cette crise a entraîné la mobilisation des professionnels, médecins et gestionnaires du réseau aux niveaux local, régional et national en faveur de la prévention et du contrôle des infections et a permis des avancées dans la lutte aux infections nosocomiales, notamment : 

  • Réduction de plus de 50 % du taux d’incidence des diarrhées associées au C. difficile (DACD) dans les établissements de santé montréalais par rapport aux taux notés lors de l’instauration du système de surveillance en 2004.
  • Réduction de l’incidence des infections causées par le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) dans certains centres hospitaliers qui ont appliqué des mesures de prévention et de contrôle rigoureux.

Cependant, l'émergence et la dissémination de la résistance aux carbapénèmes parmi les entérobactéries représentent de nouveaux défis auxquels il faut répondre. Ces organismes causent des infections qui sont très difficiles à traiter et sont associées à un taux de mortalité élevé. Ils ont également un potentiel de propagation important en raison de la transmission de la résistance par les gènes mobiles. Certaines bactéries sont devenues résistantes à la plupart des antibiotiques disponibles. 

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.13