Santé Montréal

Statistiques

Participation en baisse

Depuis le milieu des années 2000, on observe une baisse d’intérêt pour les jeux de hasard et d’argent (JHA) tant à Montréal que dans le reste de Québec. 

  • Chez les adultes montréalais, la participation aux JHA est passée de 65 % à 57 % entre 2008 et 2014
  • La participation des adultes montréalais aux JHA est moins élevée que celle observée dans le reste du Québec qui se situait à 71% en 2014
    Source : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2013-2014

La baisse d’intérêt pour les JHA apparait être plus marquée chez les élèves fréquentant le secondaire dans l’ensemble du Québec. 

  • De 2004 à 2013, la participation aux JHA est passée de 47 %  à 26 % chez les élèves fréquentant le secondaire à Montréal.
    Source : banque de données de l’ETADJES-2013, ISQ.

Vulnérabilité aux problèmes de jeu et accessibilité aux JHA à Montréal

Les évidences à l’échelle internationale montrent une relation significative entre l’accessibilité aux appareils de loterie vidéo et la présence de conséquences négatives dans la population. La DRSP a par conséquent mené des travaux en vue d’identifier les secteurs montréalais les plus à risque. Des analyses poussées montrent ainsi une relation importante entre la vulnérabilité et l’accessibilité aux JHA à Montréal. Les populations les plus vulnérables ont une accessibilité 6 fois plus importante que celles qui le sont moins. Des recommandations ont été formulées  par la DRSP en vue de réduire l’exposition aux ALV dans les secteurs les plus vulnérables.

Les problèmes liés aux JHA à Montréal

Il est à noter que les indicateurs actuellement disponibles pour évaluer l’ampleur des impacts négatifs des JHA dans la population sont surtout développés autour de la présence de dépendance. Des travaux sont présentement en cours en vue de développer des indicateurs complémentaires qui permettront d’offrir un portrait plus exhaustif des impacts.

Données touchant les adultes

  • Au Québec, près d’un joueur sur dix déclare dépenser trop d’argent ou consacrer trop de temps aux JHA
  • Dans une recherche menée par l’Institut national de santé publique du Québec, 7 %  des répondants déclarent avoir vécu des conséquences négatives en raison de ses habitudes de JHA (finance, travail, santé, relation, ou culpabilité).

Vente, service et consommation d’alcool dans les aires de jeux des casinos

Selon l’indice de gravité des problèmes de jeu (Ferris et Wynne 2001) :

  • 6 % des joueurs montréalais présentent au moins un symptôme de dépendance aux JHA (score de 1 et plus)
  • 3 % des joueurs montréalais ont des habitudes de jeu problématiques (score de 3 et plus)

Source : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2013-2014

Données touchant les moins de 18 ans

Parmi les élèves du 5e secondaire à Montréal :

  • 65 % des joueurs ne présentent aucun critère diagnostic (aucune conséquence négative)
  • 35 % des joueurs présentent un critère diagnostic ou plus
  • 20 % des joueurs présentent deux critères diagnostics ou plus (habitudes de jeu problématiques)

Ces statistiques nous indiquent, que lorsqu’un adolescent s’adonne à des JHA, les probabilités que des conséquences négatives y soient associées demeurent assez importantes.

Statistiques complémentaires : ETADJES-Montréal, JHA, Biron 2015

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.13