Santé Montréal

Information générale

Pour la plupart des gens, le risque que pose Listeria monocytogenes est très faible. Cette bactérie se retrouve fréquemment dans l’environnement, mais les personnes en santé qui y sont exposées contractent rarement la maladie. Toutefois, elle peut causer une maladie grave, surtout chez des personnes plus vulnérables, associée à des complications, des séquelles ou mener à un décès.

  • Dans la région de Montréal, pour les 5 dernières années, 14  cas de listériose ont été déclarés en moyenne par année
  • La létalité de l’infection varie de 15 à 30 % et varie selon les études consultées et le site d’infection. Environ 15 à 30 % des personnes qui présentent une infection du système nerveux central (ex. : méningite, encéphalite) auront des séquelles à long terme.
  • La listériose constitue un risque plus élevé pour certaines personnes, comme :
  • les enfants âgés de moins d’un an;
  • les personnes âgées de plus de 60 ans;
  • les femmes enceintes;
  • les personnes immunodéprimées (ex. : cancer, traitement immunodépresseurs);
  • les personnes ayant une maladie chronique (ex. : diabète, maladie du foie, insuffisance rénale, sida).

Mesures de prévention

La prévention de la listériose repose sur des stratégies qui concernent les gouvernements (ex. : réglementation, salubrité alimentaire), l’industrie de fabrication, les consommateurs et les personnes vulnérables. Par exemple, elle peut comprendre les éléments suivants :

  • la prévention, par l’industrie, de la contamination des aliments et de la croissance de L. monocytogenes dans les aliments en conformité avec les exigences légales et réglementaires en vigueur;
  • l’adoption, par les consommateurs, de techniques de sélection et de manipulation sécuritaire des aliments;
  • l’application, par les personnes vulnérables, de précautions spéciales pour réduire le risque de contamination (ex. : éviter la consommation de certains aliments, le choix de certains aliments plus sécuritaires).

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.13