Santé Montréal

Prévention de l’exposition au plomb

Bien qu’il ait été mentionné précédemment que l’impact du plomb sur la santé (ex : sur les effets neurodéveloppementaux chez l’enfant) soit relativement faible par rapport à d’autres facteurs de risque, il s’agit d’une exposition qui est hautement évitable contrairement à la plupart de ces autres facteurs. Considérant les effets possibles du plomb à de faibles niveaux d’exposition, la pierre angulaire de l’intervention est la prévention de toute exposition évitable, sans égard au niveau de plombémie. De plus, il n’existe pas d’évidence à l’effet que des mesures correctrices puissent prévenir ou renverser les effets néfastes associés à une augmentation de la plombémie, renforçant ainsi l’importance de prévenir cette augmentation en réduisant précocement l’exposition au plomb aux plus bas niveaux possibles. 

Les cliniciens sont particulièrement bien placés pour fournir à l’ensemble de leurs patients de l’information quant aux sources possibles d’exposition au plomb et pour leur offrir des conseils préventifs, en particulier auprès des populations plus à risque (femmes enceintes, nourrissons et enfants de moins de 6 ans).

Pour plus d’information sur les mesures pour réduire l’exposition au plomb en fonction de différentes sources potentielles, veuillez-vous référer aux ressources suivantes :

Dépistage de l’exposition au plomb

Plusieurs organisations de pédiatrie et de santé publique recommandent le dépistage ciblé des enfants de moins de 6 ans à risque d’exposition au plomb. Pour les indications de dépistage, veuillez vous référer aux recommandations de la Société canadienne de pédiatrie et de l’ABCdaire de l’Hôpital Sainte-Justine.

L’intoxication au plomb est une maladie à déclaration obligatoire (MADO) en vertu de la Loi sur la santé publique. Les laboratoires sont tenus de déclarer à la Direction régionale de santé publique de Montréal les plombémies > 0,25 µmol/L (5,2 µg/dL) chez les enfants et > 0,5 µmol/L (10,4 µg/dL) chez les adultes. Les médecins doivent quant à eux déclarer toute atteinte des systèmes cardiovasculaire, digestif, hématopoïétique, urinaire, respiratoire ou neurologique lorsqu’ils ont des motifs sérieux de croire que cette atteinte est consécutive à une exposition au plomb d’origine environnementale ou professionnelle. 
 

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 04 décembre 2019