Santé Montréal

Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Information générale

Le cancer du sein est le cancer le plus souvent diagnostiqué chez la femme. On estime qu’une femme sur neuf sera touchée par le cancer du sein au cours de sa vie. Pour lutter efficacement contre ce cancer, le Ministère de la Santé et des Services sociaux a mis en place un programme de dépistage systématique nommé Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS). Créé en 1998, ce programme provincial invite toutes les femmes de 50 à 69 ans à passer une mammographie de dépistage gratuite tous les 2 ans.

Le principal objectif du PQDCS est de réduire de 25 % le taux de mortalité lié au cancer du sein. Pour ce faire, il est indispensable d’atteindre et de maintenir un taux de participation au programme de 70 %. Actuellement, seulement 49,7 % des Montréalaises ont participé au programme au cours de l’année 2015, ce qui constitue un des taux de participation les plus faibles de la province. Ce faible taux de participation est lié aux caractéristiques socioéconomiques et culturelles des femmes montréalaises.

Mammographie de dépistage 

La mammographie est un examen radiologique des seins qui consiste à prendre 2 images de chaque sein (horizontal et de côté). La mammographie est réalisée par une technologue en radiologie et s’effectue en position debout (ou assise si la femme est atteinte d’un handicap). L’un après l’autre, les seins sont comprimés entre 2 plaques pendant quelques secondes. Une image de l’intérieur du sein est alors produite. Cette image est ensuite regardée et analysée par un médecin radiologiste.

La différence entre la mammographie et dépistage et la mammographie de diagnostic

La mammographie de dépistage s’effectue alors que la femme n’a aucun symptôme ou signe apparent. Cet examen est un test efficace pour la détection précoce du cancer du sein. La mammographie de diagnostic s’effectue alors que la femme présente des symptômes ou des signes au sein (bosse, écoulement, rougeur, rétraction mammaire, peau d’orange, etc.)

Les avantages de la mammographie

Réduire la mortalité par cancer du sein

L’objectif principal du dépistage et de la mammographie est de réduire la mortalité des femmes par cancer du sein. Ainsi, on observe une baisse de la mortalité chez les femmes de 50 ans et plus, ayant recours à un dépistage régulier (tous les 2 ans).

Augmenter les chances de guérison

La mammographie est reconnue comme étant un examen efficace pour la détection précoce du cancer du sein. Elle permet de trouver des cancers plus petits et donc plus faciles à soigner (voir l’explication du Mémo-Mamo de la Société canadienne du cancer).

Réduire les traitements lourds

La mammographie diminue la probabilité de subir des traitements lourds (chimiothérapie.

Les inconvénients ou limites de la mammographie

Comme tout examen médical, la mammographie n’est pas un examen parfait.

Les faux positifs :

  • Les examens complémentaires (faux-positifs) : Lorsque le résultat de la mammographie montre une anomalie, la femme doit alors passer des examens complémentaires. Dans 90 à 95% des cas, ces examens confirmeront qu’il n’y a pas de cancer du sein. Ils peuvent cependant entrainer de l’inquiétude chez les femmes et peuvent même les dissuader de passer leur prochaine mammographie. Les examens complémentaires sont pourtant indispensables pour s’assurer de l’absence d’un cancer du sein.
  • Le surdiagnostic : Certains cancers détectés lors d’une mammographie peuvent ne jamais devenir mortels, c’est ce que l’on appelle le « sur-diagnostic ». Le cancer du sein étant une maladie complexe, rien ne permet de savoir comment il va évoluer dans le temps. Si certaines tumeurs évoluent très lentement sans mettre la vie de la femme en danger, d’autres peuvent évoluer très rapidement. Il est donc préférable de traiter le cancer. On estime que 10 femmes sur 1000 sont traitées inutilement pour un cancer du sein.

      Les faux négatifs :

      • Dans certains cas, il est possible que le résultat de la mammographie ne montre aucune anomalie alors qu’un cancer du sein est pourtant présent. La mammographie est actuellement le meilleur examen de dépistage mais jusqu’à 10% des cancers du sein peuvent ne pas être identifiés à la mammographie. C’est pourquoi il est recommandé de consulter si vous constatez des changements au niveau de vos seins.
      • Le cancer d’intervalle : Il est possible qu’un cancer du sein se développe entre 2 mammographies. On appelle ce phénomène « le cancer d’intervalle ». Ces situations sont assez rares, mais peuvent être ressenties par les femmes comme un faux sentiment de sécurité. Un dépistage régulier et adapté est la meilleure solution pour pallier à ces inconvénients.

        Les radiations

        Les appareils permettant de faire des mammographies émettent une faible quantité de radiation. Le risque de développer un cancer du sein à cause de l’exposition aux 2 ans pour passer une mammographie est très faible. Les recherches démontrent que les avantages du dépistage sont supérieurs aux risques d’être en contact avec une faible quantité de radiation.

        La douleur

        Pour certaines femmes passer une mammographie peut être inconfortable voir douloureux. Il est important de souligner que la compression du sein ne dure que quelques secondes et que l’inconfort disparaît immédiatement après la compression.
        De plus, certaines astuces peuvent aider les femmes à se préparer à l’examen afin de limiter leur inconfort :

        • Prendre le rendez-vous pour la mammographie 10 jours après le début des menstruations.
        • Éviter la consommation de café, thé, chocolat et cola 2 semaines avant la mammographie.

        IMPORTANT : La décision de passer une mammographie est une décision qui vous appartient. En cas de doute, parlez-en avec votre médecin ou avec un professionnel de santé.

        Cette information vous a-t-elle été utile?.

        Oui.

        Non.

        Envoyer.

        Éditée par : Santé publique.
        Dernière mise à jour le : 2018.10.02