Santé Montréal

Information générale

La rougeole est, à l’échelle mondiale, la principale cause de décès chez les enfants que l’on peut prévenir par la vaccination. Il y a eu une baisse marquée de son incidence dans les pays où la vaccination a rejoint une grande proportion de la population, mais elle est encore une maladie grave et courante dans de nombreuses régions du globe.

Au Québec et au Canada, l’élimination de la rougeole est une priorité de santé publique. Au Québec, la stratégie de vaccination avec deux doses, établie depuis 1996, a grandement fait diminuer le nombre de cas annuels. Depuis 2001, lorsqu’il n’y a pas d’éclosions, le Québec enregistre entre 0 et 4 cas de rougeole par année. Pour la plupart, il s'agit de cas ayant acquis la maladie à l’étranger, dans des pays où la rougeole est présente (endémique)

Alors qu’on croyait être sur le point de l’éradiquer (i.e. s’en débarrasser définitivement), il y a eu au Québec, en 2011, une épidémie de rougeole causant plus de 750 cas. On a enregistré plus de cas ici que dans toutes les Amériques réunies. Les jeunes âgés de 10 à 19 ans fréquentant des écoles ont été les plus touchés.

De plus, en 2015, près de 160 cas de rougeole ont été dénombrés à l’intérieur d’une communauté fermée, réfractaire à la vaccination,  dans la région de Lanaudière.

L’organisme Pan American Health Organization (PAHO) déclarait en septembre 2016, que la région des Amériques a atteint le statut d’élimination de cette maladie. Le Québec et le Canada adhèrent à cet objectif d’élimination de la rougeole, ce qui module l’ensemble des activités recommandées pour en assurer la prévention et le contrôle.

La prévention par la vaccination

La prévention de l’infection par le virus de la rougeole passe surtout par une vaccination adéquate. Au moment d’une éclosion il est important d’axer les interventions auprès des personnes qui présentent un risque accru de complications, soit les bébés âgés de moins d’un an, les femmes enceintes, les personnes immunosupprimées et celles atteintes du VIH. Compte tenu de la grande contagiosité du virus de la rougeole, la prévention des éclosions-épidémies passe par le maintien d’une couverture vaccinale élevée (à 95 % et plus) dans la population (née en 1970 ou après).

Quoi faire lors d’une éclosion

Toutes ces stratégies visent à agir promptement dès qu’un cas, considéré alors comme une éclosion, survient.

MilieuConsignes
En milieu scolaire
  • identification rapide des personnes réceptives
  • stimulation à recevoir la vaccination
  • retrait du milieu scolaire et isolement volontaire des contacts réceptifs (dont ceux qui auraient refusé  la vaccination; ceci afin d’éviter de prolonger l’éclosion)
  • retrait du milieu scolaire des contacts vulnérables
En milieu de soins
  • identification rapide des personnes réceptives pour tout le personnel du milieu clinique
  • identification rapide des personnes réceptives dans l’unité où est le cas de rougeole
  • isolement des patients réceptifs
  • retrait des soins aux patients, des travailleurs réceptifs en cas de refus de la vaccination; ceci afin d’éviter de prolonger l’éclosion
En services de garde
  • identification rapide des personnes réceptives
  • stimulation à recevoir la vaccination
  • retrait du service de garde et isolement volontaire des contacts réceptifs (dont ceux qui auraient refusé  la vaccination; ceci afin d’éviter de prolonger l’éclosion
  • retrait du milieu de garde des  contacts vulnérables
En milieu familial
  • identification rapide des personnes réceptives
  • stimulation à recevoir la vaccination
  • retrait du milieu de travail  et isolement volontaire en cas de refus de la vaccination; ceci afin d’éviter de causer des cas dans le milieu, compte tenu qu’en milieu familial, plus de 80 % des contacts réceptifs qui auront été exposés, auront la maladie
Oops, an error occurred! Code: 201812041428560d7062b0

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.13