Santé Montréal

Information générale

Plusieurs problèmes de santé publique sont liés à l’aménagement urbain et au système de transport. Par exemple, l’activité physique liée aux déplacements (le « transport actif ») contribue à prévenir le surplus de poids, l’hypertension, l’hypercholestérolémie, les maladies cardiovasculaires; les émissions polluantes des véhicules (ex. oxydes d’azote, particules fines) engendrent des maladies cardiovasculaires et respiratoires (ex. asthme); le bruit produit par la circulation est associé à de la gêne et une perturbation du sommeil; etc.

Le choix d’un mode de déplacement actif tel que la marche ou le vélo est directement influencé par l’aménagement urbain et le système de transport  (ex. réseau routier, pistes cyclables, offre de transport collectif). Ainsi, les secteurs avec un cadre bâti plus dense, une meilleure connectivité ainsi que des services de proximité favorisent les modes de déplacement actifs et collectifs. Au contraire, les secteurs périphériques à faible densité favorisent plutôt l’usage de l’automobile. 

Si l’activité physique de transport est sécuritaire en soi, l’exposition aux véhicules motorisés en milieu urbain pose un risque de collision et de blessures. À l’échelle des intersections, des rues ou des quartiers, le nombre de blessés sur les routes varie  directement avec le volume et la vitesse des véhicules motorisés. Les déplacements en transports collectifs sont beaucoup plus sécuritaires que les déplacements en automobile, tant pour leurs occupants que pour les autres usagers de la route (ex. piétons, cyclistes). 

Pour comprendre les problèmes de santé publique liés au système de transport, une perspective métropolitaine est nécessaire puisque les personnes et les véhicules circulant dans un quartier peuvent provenir de l’ensemble de la région. 

Pour réduire les problèmes de santé publique liés au système de transport, les stratégies préventives peuvent cibler l’environnement urbain et les infrastructures de transport qui réduisent l’usage de l’automobile et facilitent l’utilisation de modes de transport actifs et collectifs.

Toutes les informations et références contenues dans cette fiche se retrouvent dans les deux documents suivants produits par la Direction régionale de santé publique de Montréal :

  • Réduire les traumatismes routiers impliquant des piétons ou des cyclistes, particulièrement dans les secteurs défavorisés de l’Île de Montréal.
  • La distance totale parcourue en véhicule privé (VKT) dans les quartiers centraux aura cessé d’augmenter et commencera à diminuer.
  • Le nombre d’aménagements propices aux déplacements piétonniers sécuritaires sur les trottoirs et aux intersections sera augmenté dans tous les arrondissements.
  • Les mesures d’apaisement de la circulation à l’échelle des quartiers, notamment sur les artères, seront généralisées dans tous les arrondissements.
  • Montréal offrira un réseau cyclable continu et accessible, connecté en bandes cyclables ou en sites propres avec implantation de mesures de sécurisation aux intersections.
  • La proportion de l’espace physique et des ressources financières alloués aux transports actifs collectifs et adapté sera augmenté par rapport à l’espace et au financement accordé au transport routier.
  • La proportion de la population montréalaise ayant un accès facile, rapide et sécuritaire à des activités, commerces et services à pied, en vélo ou en transport collectif aura augmenté.
  • Les municipalités, ONG et l’Office municipal d’habitation de Montréal mettront en place des mesures pour améliorer la sécurité (ex : corridor scolaire, mobilier urbain) en lien avec la pratique d’activités physiques de loisir et de transport pour les populations vulnérables (dont les jeunes et les aînés).
  • Diminuer le nombre de Montréalais habitant des secteurs défavorisés exposés à un niveau de bruit moyen qui dépasse les recommandations de l’OMS (55 dB(A)).
  • Diminuer les émissions de polluants et le bruit provenant du transport routier14.

Vers le haut

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.13