Santé Montréal

Statistiques

  • En 2012, la moitié des Montréalais de 18 ans et plus ont un surplus de poids. Environ le tiers (34 %) sont atteints d’embonpoint (IMC entre 25 et 29,9) alors que 16 %, soit environ 246 500 personnes, sont atteintes d’obésité (IMC supérieur à 29,9).
  • À Montréal, les émissions de particules fines dans l’air proviennent principalement du transport (45 %). Le transport est responsable de 85 % des émissions d’oxydes d’azote sur l’île de Montréal, les concentrations de dioxyde d’azote étant beaucoup plus élevées le long des axes routiers.
  • Les accidents de la route représentent la plus grande part des TNI. De 1999 à 2008, on compte en moyenne annuellement 7 275 interventions ambulancières pour traumatismes routiers à Montréal : 5 078 occupants de véhicules, 982 piétons, 967 cyclistes et 248 motocyclistes.
  • Selon les rapports policiers, une moyenne d’environ 1 500 piétons furent blessés annuellement sur l’île de Montréal au cours de la période 2000-2012.
  • De 1996 à 2011, sur l’île de Montréal, le nombre de véhicules immatriculés a augmenté de 17 % alors que la population n’a augmenté que d’environ 4%.
  • On retrouve un risque de traumatismes routiers quatre fois plus élevé parmi les jeunes piétons habitant les secteurs plus défavorisés du centre de Montréal que dans les territoires plus favorisés. De plus, le taux de possession d’automobile est plus faible dans ces quartiers.
  • À Montréal, 9 % de la population réside à moins de 100 m d’axes routiers majeurs et 16 % des écoles sont situées à moins de 200 m des autoroutes. 
  • En 2008, en période de pointe du matin, 41 % des Montréalais se déplaçaient en auto, 30 % en transport collectif et 15 % en transport actif. Ceci représente 286 401 déplacements en transport collectif et 137 544 déplacements en transport actif.
  • Ce sont 84 % des logis montréalais qui ont accès à au moins un arrêt à haute fréquence (10 minutes ou moins) de la STM à moins de 500 m en heure de pointe du matin. Ce pourcentage varie grandement d’un territoire à l’autre (ex. 18 % pour le territoire de l’Ouest-de-l’Île).
  • Selon une enquête réalisée par la Direction de santé publique de Montréal en 2014, 17 % de la population montréalaise est très dérangée par le bruit généré par le transport : 9 % par le transport routier, 6 % par le bruit des avions et 3 % par le bruit des trains.

 

Vers le haut

Cette information vous a-t-elle été utile?.

Oui.

Non.

Envoyer.

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2018.06.13